dygest_logo

Téléchargez l'application pour avoir accès à des centaines de résumés de livres.

google_play_download_badgeapple_store_download_badge

Bienvenue sur Dygest

Dygest vous propose des résumés selectionnés et vulgarisés par la communauté universitaire.
Voici le résumé de l'un d'entre eux.

L’Héritage du temps

de Dominique Loreau

récension rédigée parClaire Cursoux

Synopsis

Développement personnel

Dans cet ouvrage, Dominique Loreau propose d’associer la simplicité d’un mode de vie rétro à une utilisation judicieuse et mesurée des nouvelles technologies. Elle souligne en effet les avantages d’un mode de vie à l’ancienne, établi avant l’ère d’Internet. Revenir aux anciennes valeurs tout en préservant la libération des mœurs actuelle nous permet-trait de mener une vie plus douce, plus proche de la nature et plus humaine.

google_play_download_badge

1. Introduction

Dans cet ouvrage, Dominique Loreau transmet des conseils pour revenir aux valeurs cardinales prônées par nos grands-parents, à savoir la patience, la sobriété, la politesse, la sincérité, la tranquillité, et l’altruisme. Elle nous invite aussi à faire preuve de bon sens, en nous satisfaisant de ce que nous avons, sans nous laisser influencer par les modes ou par les réseaux sociaux.

L’auteure émet des idées pour appliquer cet art de vivre dans les différents domaines de notre existence, et ainsi améliorer le confort de notre habitat, la composition de notre garde-robe, notre alimentation et notre santé. Elle nous apprend aussi à utiliser les nouvelles technologies à bon escient et avec parcimonie.

Comment retrouver les valeurs des anciens tout en profitant des avantages de la modernité ? Dans quelle mesure un mode de vie rétro peut-il favoriser notre bonheur tout en étant bénéfique pour la planète ? Telles sont les questions auxquelles l’écrivaine tente de répondre au fil de son ouvrage.

2. Retrouver les valeurs d’autrefois (1) : intérieurs, vêtements, mobiliers…

L’habitation est une question matérielle essentielle à laquelle Dominique Loreau nous invite à réfléchir. L’intérieur de notre maison doit être harmonieux afin que nous puissions nous y sentir à l’aise et en sécurité. Les anciennes demeures étaient confortables et chaleureuses, grâce à leur atmosphère : une fleur sauvage dans l’entrée, quelques livres sur une étagère en bois ou un panier en osier suffisaient à égayer un intérieur et à le rendre réconfortant. Les foyers modernes sont au contraire monotones et banals : ils contiennent des canapés tournés vers d’immenses écrans plats, des cuisines ultra-modernes et des meubles en faux bois. Dominique Loreau nous conseille donc d’investir dans du mobilier vintage capable de résister au temps. Elle nous invite également à préférer les matières naturelles comme le bois, le lin et le bambou, aux matières synthétiques émettant des odeurs artificielles. Elle nous conseille aussi de privilégier un éclairage doux et naturel, émis par des bougies ou par des lampes tamisées, plutôt que par des LED qui endommagent la vue.

La façon dont nous gérons notre garde-robe a considérablement changé au cours des dernières décennies. Jusqu’aux années 1970, le prêt-à-porter n’existait pas. Les gens se faisaient confectionner leurs vêtements par une couturière, tricotaient leurs pulls et cousaient leur propre linge. Tous les vêtements étaient recyclés : les morceaux de tissu récupérés permettaient de confectionner des plaids en patchworks. Les femmes possédaient peu de vêtements, mais savaient être élégantes. Les vêtements représentaient une dépense importante dans le budget familial et les personnes se vêtaient selon leur rang social.

À l’époque actuelle, la plupart des gens achètent des vêtements à bas prix qui ne durent qu’une saison, et dont la fabrication a de graves conséquences sur la planète : 8 000 litres d’eau sont nécessaires à la confection d’un jean. Dominique Loreau nous recommande de ne posséder qu’un simple assortiment de vêtements bien coupés, solides et qualitatifs. L’auteure nous conseille de les choisir dans des matériaux nobles et infroissables, qui sont de meilleure qualité et plus agréables à porter.

3. Retrouver les valeurs d’autrefois (2) : intérieurs, vêtements, mobiliers…

Dominique Loreau évoque également des objets d’antan à la fois solides et durables : une cocotte en Pyrex, une passoire en bambou ou un moulin à café manuel. Elle met au con-traire en évidence les problèmes liés à l’obsolescence programmée actuelle : les objets électroniques achetés à faible prix en grandes surfaces cessent de fonctionner au bout de deux ou trois ans seulement.

Elle propose également de prendre exemple sur la culture ancienne japonaise : chacun recevait un set de vaisselle personnel constitué d’un bol à riz, d’un bol à soupe miso, de baguettes et d’une boîte-plumier pour les ranger. Ces objets indispensables étaient très précieux. L’auteure considère que des objets durables deviennent une partie essentielle de notre vie, de notre identité et de notre histoire.

À l’inverse, notre mode de consommation actuel nous incitant à renouveler constamment nos possessions matérielles rend nos objets peu familiers. C’est pourquoi l’écrivain nous recommande de choisir des objets de qualité comme des plaids en laine, des armoires en bois et des cafetières italiennes manuelles. Ces objets possèdent de multiples avantages : ils pré-servent notamment les métiers artisanaux, évitent la pollution environnementale et nourrissent notre joie de vivre.

4. Un mode de vie rétro pour une meilleure santé

L’auteure nous suggère de revenir aux valeurs d’autrefois dans le domaine de l’alimentation. Dans le passé, les gens cuisinaient eux-mêmes leurs plats, à partir de produits locaux. Les plats qu’ils préparaient variaient peu, et suivaient le rythme des saisons. Les plats riches et raffinés étaient seulement réservés aux occasions exceptionnelles. Aujourd’hui, nous ne cuisinons quasiment plus, préférant nous rendre au restaurant ou acheter des aliments industriels riches en féculents, en graisses et en sucres.

Or, il est à la fois plus sain et plus économique de cuisiner soi-même. L’écrivain nous rappelle les bienfaits de la simplicité : un dîner composé d’une soupe de légumes faite maison et d’une tranche de pain complet peut suffire, de même qu’un simple hachis parmentier ou une quiche lorraine. Les dîners hivernaux de nos grands-parents débutaient toujours par une soupe afin d’apporter l’hydratation et les minéraux nécessaires à l’organisme. Les recettes étaient transmises de génération en génération, alors que ces pratiques ont désormais été remplacées par des recettes trouvées sur Internet. C’est pourquoi Dominique Loreau nous invite à revenir aux recettes traditionnelles, en prenant le temps de préparer nos confitures pendant l’été ou des liqueurs durant l’automne.

L’auteure délivre également d’autres conseils pour préserver notre santé. Elle nous suggère avant tout d’éviter de nous rendre dans des salles de sport. Autrefois, les individus n’avaient pas besoin de salles de sport, car ils étaient suffisamment actifs au cours de leurs journées. Dominique Loreau nous recommande donc de faire du vélo ou de prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur. Elle nous rappelle aussi les vertus de la marche à pied, qui constituait auparavant une activité à part entière. La marche est excellente pour le corps et pour le moral, d’autant plus lorsque nous marchons dans la nature, dont le contact nous apaise et nous ressource.

La qualité de notre sommeil est également très im-portante pour demeurer en bonne santé. Un mauvais sommeil a des conséquences sur notre humeur. Pour bien dormir, elle nous propose notamment d’éviter les lumières bleues dans notre chambre, en éteignant la lumière de notre réveil ou de notre ordinateur, pouvant perturber le sommeil. Elle nous invite enfin à nous lever et à nous coucher à des horaires réguliers afin de bien dormir et de respecter le rythme de notre corps.

5. Ralentir et se libérer l’esprit

Dominique Loreau nous rappelle l’importance de mener une vie saine et ordonnée. Ainsi, le ménage était un rituel d’antan incontournable que les personnes exécutaient le matin afin de se libérer l’esprit. L’auteure nous conseille de faire le ménage en silence, de bon matin, afin d’accomplir toutes nos corvées de la journée et d’être prêts pour nous rendre au travail.

Elle nous propose par ailleurs d’apprendre à ralentir et à nous détendre. Il est possible de nous accorder un petit moment de détente chaque jour en réalisant une activité simple, comme écosser des petits pois ou faire du repassage. Elle montre également que la lenteur préserve notre santé et nourrit notre créativité, car notre cerveau a besoin de liberté pour créer.

C’est pourquoi elle nous recommande de passer des moments à ne rien faire, même si la société considère cela comme quelque chose de dévalorisant. Nous devrions consacrer des journées à lire un livre, à prendre un café et à faire une sieste.

6. Utiliser le numérique avec vigilance et parcimonie

Internet a considérablement modifié nos vies et nos habitudes. Dominique Loreau nous fait prendre conscience des dangers que nous encourrons en nous laissant enfermer dans la technologie, en commençant par l’amenuisement de nos facultés sensorielles et de notre intelligence. Certains plaisirs sensoriels ont quasiment disparu de notre quotidien : entendre le crissement d’un stylo à plume sur du papier ou ressentir la chaleur d’un feu de bois et son parfum.

Au contraire, avec l’ordinateur, nous n’écrivons plus, et avec l’utilisation du micro-ondes, plus aucune odeur n’apparaît. Nos sens s’engourdissent et nous perdons par la même occasion notre plaisir de vivre. L’auteure nous rappelle notamment que l’acte d’écrire sur du papier constitue un plaisir sensuel et tactile que nous apprenons dès le plus jeune âge. L’écriture est même considérée comme une forme de méditation dans certains temples japonais : elle a pour but de vider l’esprit. Un carnet est un objet concret et vivant, car il contient notre écriture personnelle, nos ratures et nos croquis. De même, les abréviations utilisées dans les SMS sont utiles pour parler rapidement, mais elles amenuisent notre faculté à exprimer nos pensées.

Dominique Loreau nous met par ailleurs en garde sur l’utilisation des réseaux sociaux et sur les conséquences qu’elle engendre sur la vie sociale. Les réseaux sociaux sont fondés sur l’image que nous renvoyons, sur un rôle artificiel que nous fabriquons et souhaitons que les autres approuvent. En montrant une image qui n’est pas la nôtre, nous nous coupons de notre véritable personnalité.

C’est pourquoi elle nous suggère d’affermir nos goûts, nos dons et notre personnalité, plutôt que nos apparences. Elle nous conseille finalement de nous éloigner des réseaux sociaux et de privilégier au contraire le temps passé avec nos amis véritables, avec lesquels nous pourrions développer des rapports concrets et intenses. Les réalités virtuelles nous coupent de notre vie réelle, de nous-mêmes et amenuisent nos cercles relationnels véritables. Il est également essentiel de réussir à s’accorder du temps seul, et de prendre soin de soi avant de vouloir passer du temps avec les autres.

7. Remplacer les nouvelles technologies par des objets anciens

L’utilisation des nouvelles technologies occasionne une surveillance de notre vie privée et une perte de liberté. Par l’intermédiaire de nos Smartphones, de nos ordinateurs ou de nos cartes bancaires, nous sommes fichés et contrôlés. Cette surveillance peut avoir de graves conséquences, comme le refus d’un emploi par un chef d’entreprise, sous prétexte que nous avons un antécédent qui lui déplaît. Nos Smartphones enregistrent tous nos dé-placements, les personnes avec lesquelles nous sommes en contact et les produits que nous consommons.

Or, Dominique Loreau rappelle que le maintien de notre vie privée est indispensable, et même aussi vital que notre sommeil. Elle nous recommande donc de nous déconnecter au maximum de l’informatique, par de petits gestes faciles à mettre en place quotidiennement : nous désinscrire des réseaux sociaux, régler nos achats en espèces, utiliser des dictionnaires, consulter des cartes routières ou demander des conseils à quelqu’un de vive voix. Elle nous incite enfin à réutiliser d’anciens objets qui reviennent à la mode en remplacement de la technologie : la photographie en argentique, les disques vinyles ou les téléphones portables non connectés.

8. Conclusion

À travers ce livre, Dominique Loreau nous invite à prendre conscience des méfaits causés par une utilisation excessive des nouvelles technologies, et de l’aliénation que celles-ci engendrent. Elle nous propose d’adopter un mode de vie plus simple, en accord avec les valeurs autrefois privilégiées.

Elle démontre enfin qu’un mode de vie rétro à notre époque moderne peut nous apporter plus de bonheur, de légèreté et d’humanité.

9. Zone critique

Cet ouvrage apporte une nouvelle dimension à la philosophie transmise par Dominique Loreau. Le mode de vie rétro qu’elle préconise apporte en effet une source d’inspiration supplémentaire pour mieux vivre au quotidien.

C’est l’occasion de transmettre à la fois un art de vivre et des conseils pratiques pour l’appliquer. Il peut éclairer les personnes souhaitant adopter un mode de vie plus simple et plus harmonieux. Néanmoins, cette philosophie peut également sembler passéiste et comporter des limites dans notre vie moderne.

10. Pour aller plus loin

Ouvrage recensé– L’Héritage du temps : De l’harmonie dans nos vies, Paris, Flammarion, 2019.

De la même auteure– L'art de la simplicité, simplifier sa vie, c'est l'enrichir, Paris, éditions Robert Laffont, 2005.– L'art de l'essentiel, Paris, éditions Flammarion, 2008.– L'infiniment peu, Paris, éditions J'ai Lu, 2012.– L’Art des listes : Simplifier, organiser, enrichir sa vie, Paris, Mara-bout, 2013. – L’Éloge de la légèreté, jeter l'inutile pour vivre plus libre", Paris, éditions Flammarion, 2018.

© 2020, Dygest