dygest_logo

Téléchargez l'application pour avoir accès à des centaines de résumés de livres.

google_play_download_badgeapple_store_download_badge

Bienvenue sur Dygest

Dygest vous propose des résumés selectionnés et vulgarisés par la communauté universitaire.
Voici le résumé de l'un d'entre eux.

Estime de soi, confiance en soi

de Josiane de Saint Paul

récension rédigée parClaire Cursoux

Synopsis

Développement personnel

Cet ouvrage nous aide à comprendre et à développer la conscience de notre propre valeur. L’auteure transmet en effet un enseignement sur les caractéristiques d’une personne qui s’estime, tout en délivrant des conseils pratiques pour développer l’estime de soi et la confiance en soi. En apprenant à reconnaître notre valeur et notre importance, nous découvrons également comment vivre en accord avec nos motivations profondes pour nous réaliser pleinement.

google_play_download_badge

1. Introduction

Publié pour la première fois en 1999, l’ouvrage intitulé Estime de soi, Confiance en soi est élaboré à partir de l’expérience personnelle de l’auteure auprès de ses patients, mais il s’appuie également sur les découvertes de certains thérapeutes comme William James et Virginia Satir.

À travers cet ouvrage, Josiane de Saint Paul propose une définition de l’estime de soi et de la confiance en soi. Elle délivre aussi des exercices pratiques que le lecteur peut facilement mettre en place, dans le but de développer la reconnaissance de sa propre valeur, et de vivre de manière épanouie.

Comment s’aimer, s’accepter, s’affirmer et se réaliser ? Telles sont les questions auxquelles la thérapeute apporte des réponses à travers son livre. Définissant d’abord les notions d’estime de soi et de confiance en soi, puis proposant des outils pour apprendre à s’aimer et à s’accepter, l’auteure révèle l’importance d’être présent ici et maintenant.

2. Estime de soi et confiance en soi

Selon Josiane de Saint Paul, il n’existe pas de définition universelle de l’estime de soi. Elle montre néanmoins que cette notion doit être différenciée de l’égoïsme. En effet, tandis que les personnes qui ont une bonne estime de soi pensent qu’elles sont dignes d’être aimées, celles qui au contraire sont narcissiques doutent en réalité de leur propre valeur.

Josiane de Saint Paul définit l’estime de soi comme une appréciation favorable de soi-même qui est nécessaire à l’épanouissement de l’être humain. Pour définir l’estime de soi, elle s’appuie sur les théories de Virginia Satir, considérant que tout être humain possède une valeur propre, et qu’il nous est nécessaire de prendre conscience de cette valeur inhérente à notre existence. Elle donne l’exemple de l’importance évidente d’un nouveau-né, pour montrer que cette valeur est intrinsèque à l’être humain. L’estime de soi est un concept qui se construit en grandissant, en interaction avec les personnes qui entourent l’enfant. La confiance en soi est un sentiment qui découle de manière naturelle de l’estime de soi. Elle se définit comme un sentiment de sécurité. Une personne qui a confiance en soi, sait qu’elle peut compter sur elle-même et considère qu’elle est capable de faire face aux aléas de l’existence.

Plusieurs caractéristiques permettent de reconnaître si une personne jouit d’une bonne estime de soi. Les sujets qui reconnaissent leur propre valeur se sentent compétents, et savent qu’ils sont capables d’apprendre. Ils ont également la capacité de faire leurs propres choix, basés sur leurs opinions personnelles.

Ces personnes entretiennent aussi des rapports constructifs et sereins avec les autres, car elles ne craignent pas le jugement d’autrui. Elles sont enfin capables de s’affirmer devant les autres. Au contraire, un individu qui manque d’estime de soi a peur des changements, car il doute de sa capacité à pouvoir compter sur lui-même. Ce déficit peut se traduire par des comportements variés. Une telle personne rencontre souvent des difficultés de communication : par peur d’être critiquée ou jugée par autrui, elle exprime avec peine ses sentiments et ses idées.

Par ailleurs, ce type d’individus rencontre souvent des difficultés dans ses relations amoureuses. N’étant pas capable de s’aimer lui-même, le sujet a du mal à aimer réellement l’autre, et à croire en cet amour. La personne vit donc dans une forme d’insécurité permanente.

3. Apprendre à s’aimer et à s’accepter

Afin de renforcer l’estime de soi, Josiane de Saint Paul propose un exercice permettant de consolider la croyance en notre propre valeur. Elle révèle en effet que le manque d’estime de soi résulte de croyances qu’il est nécessaire de transformer. Pour mettre en place de nouvelles croyances positives, l’écrivain suggère de se plonger dans un état de relaxation et de se répéter des phrases positives. L’exercice consiste à s’installer confortablement et à respirer profondément, tout en se répétant mentalement que notre corps se détend. Les tensions de tout le corps, et en particulier celles du visage et des mains doivent être relâchées.

L’auteur conseille ensuite d’imaginer un lieu calme dans lequel nous nous sentons en sécurité et de prononcer le mot « détendu ». Elle propose alors de se répéter la phrase suivante en prenant bien conscience du sens de chacun des mots : « J’ai de la valeur et je suis important(e) sans rien avoir à accomplir. Quelles que soient les circonstances, quoi que je fasse, je serai toujours important(e), digne d’amour, digne d’être heureux(se) et capable d’apprendre . » L’écrivain nous indique qu’il est possible de modifier cette phrase à notre guise à condition qu’elle soit sans ambiguïté et qu’elle délivre un message complètement positif. Cet exercice pourra être reproduit facilement en visualisant à nouveau le même endroit agréable et en prononçant le mot « détendu », ce qui facilitera la remémoration de la phrase positive à répéter.

L’acceptation de soi est indispensable pour construire l’estime de soi et la confiance en soi. Cette acceptation s’effectue à plusieurs niveaux, car il est nécessaire de savoir s’accepter physiquement, mais aussi moralement, intellectuellement et émotionnellement. Dès lors, Josiane de Saint Paul recommande de bâtir l’acceptation de soi en acceptant notre corps, nos pensées, nos émotions, nos comportements et nos défauts. Pour pratiquer l’acceptation de soi, l’auteure transmet plusieurs exercices d’application. Pour renforcer l’acceptation du corps, il est possible de se positionner debout, dévêtu, devant un miroir, et de s’observer avec bienveillance des pieds à la tête. L’auteure conseille de respirer, de se détendre, et de répéter cinq ou six fois la phrase suivante : « Quels que soient les défauts et les imperfections que je me trouve, je m’accepte entièrement et sans réserve et je m’aime tel(le) que je suis ». Même si cet exercice n’est pas facile à réaliser, l’écrivain nous conseille de persister.

Josiane de Saint Paul propose également un exercice pour accepter nos sentiments. Il s’agit de se remémorer une expérience au cours de laquelle nous avons éprouvé un sentiment désagréable, comme la colère ou la peur. En revivant l’expérience durant laquelle ce sentiment est apparu, nous pouvons repérer les sensations qui lui sont associées, tout en respirant et en acceptant de les ressentir. En continuant à respirer, l’auteure propose de répéter la phrase suivante à voix haute : « En ce moment, je suis en train de ressentir… (nommer le sentiment) et j’accepte de ressentir… (le sentiment ). »

4. L’affirmation de soi

L’affirmation de soi consiste à « faire valoir ses désirs, ses besoins, ses opinions et ses valeurs et agir en accord avec eux, sans concessions inutiles ni agressivité . » Josiane de Saint-Paul évoque plusieurs situations auxquelles sont souvent confrontées les personnes ayant des difficultés à s’affirmer. Elle propose alors des exercices permettant d’apprendre à y faire face. Les personnes qui manquent d’estime de soi ont régulièrement des difficultés à dire « non » afin d’exprimer leur refus. Il peut notamment être difficile de refuser une invitation ou de rendre un service. L’auteure montre que ces personnes ont tendance à utiliser des mensonges pour éviter de dire la vérité : « Je ne peux pas ce soir, je ne suis pas libre ».

Soulignant que cette attitude n’entretient pas une bonne estime de soi, elle propose alors de s’interroger sur les véritables raisons pour lesquelles nous souhaitons refuser une invitation ou rendre un service, et de les exprimer clairement, en prononçant par exemple la phrase suivante : « Non, merci, j’ai décidé de passer cette soirée en famille ». La thérapeute montre aussi qu’il est essentiel de savoir dire « non » aux attentes des autres, lorsque nous ne les partageons pas. Il est en effet impossible de satisfaire les attentes de tout le monde, et nous devons apprendre à nous conformer à nos propres valeurs et critères. C’est pourquoi l’écrivain nous conseille par exemple de refuser les conseils ou les diktats des autres en employant la phrase suivante : « Je vous remercie de ce conseil, j’avais eu le temps d’y réfléchir et j’ai déjà pris ma décision ».

Pour les personnes souffrant d’un manque d’estime de soi, il peut également être difficile de faire des demandes. La peur du refus se trouve à l’origine de cette difficulté. Josiane de Saint-Paul évoque les stratégies utilisées par les individus souffrant d’un manque d’affirmation de soi, pour éviter de formuler directement une demande : « J’ai envie de voir ce film, mais j’ai horreur d’aller au cinéma seule… Tu as lu des critiques ? » À travers cette phrase, la personne tente indirectement d’inviter quelqu’un au cinéma. L’écrivaine nous propose au contraire de nous entraîner à formuler des demandes directes, afin de renforcer notre estime de soi.

Nous pouvons par exemple demander notre chemin à un inconnu dans la rue. Elle évoque par ailleurs la difficulté à demander notre dû, dans une situation où nous avons prêté de l’argent à quelqu’un, et propose de demander l’argent de manière naturelle, en prononçant la phrase suivante : « J’ai été heureux(se) de pouvoir te rendre service, aujourd’hui j’ai besoin de l’argent que je t’ai prêté. Quand peux-tu me le faire parvenir (ou me le donner ) ? ».

En revanche, si nous ressentons de la colère parce que la personne ne nous a pas rendu spontanément notre argent, cela peut créer des situations compliquées, car il nous sera difficile de rester dans une position de confiance en soi et de respect de l’autre.

5. Être présent, ici et maintenant

Josiane de Saint Paul nous invite à vivre au présent en prêtant attention aux faits extérieurs ainsi qu’à nos ressentis intérieurs. La grande majorité du temps, nous agissons de manière automatique : que ce soit pour lacer nos chaussures, ou pour accomplir des tâches répétitives.

En apprenant à vivre au présent, nous intégrons des capacités d’observation, de réflexion, de décision et d’action, qui participent au développement de l’estime de soi. Cette attitude peut également nous aider à mieux profiter de notre existence. L’auteur s’appuie notamment sur l’exemple d’une promenade dans la nature, durant laquelle nous pouvons adopter différentes attitudes selon le choix que nous effectuons : nous pouvons profiter de la beauté du site et du chant des oiseaux, ou bien ressasser les motifs d’insatisfaction de notre existence. Nous pouvons donc choisir notre attitude et devenir conscients de cette décision, ou bien laisser le pilotage automatique commander nos réactions.

Pour pratiquer l’éveil de la conscience, Josiane de Saint Paul suggère différents outils tels que la méditation. Elle met en évidence que la méditation ne consiste pas à essayer de faire le vide dans son esprit, mais plutôt à apprendre à se dissocier des pensées qui l’occupent, sans leur attribuer une importance démesurée. D’après l’écrivaine, la méditation doit être pratiquée de manière assidue afin de nous apporter des changements positifs.

L’auteure propose également un exercice issu de la Gestalt Thérapie qui consiste à choisir un lieu d’observation, comme un endroit situé dans la nature, ou une pièce de notre appartement. Il s’agit ensuite de détailler tout ce qu’il est possible d’observer dans ce champ visuel en nommant ces éléments, puis de prêter attention aux sons et enfin aux odeurs toujours en les nommant. Pour terminer, nous pouvons choisir un objet et explorer son poids, sa forme, sa consistance. Cet exercice vise à développer nos capacités d’observation et d’attention au moment présent.

6. Conclusion

Dans cet ouvrage, Josiane de Saint Paul révèle toute l’importance du renforcement de la conscience de notre propre valeur. La force de cet ouvrage réside dans les nombreux exercices proposés, permettant de mettre en pratique de manière très simple des outils favorisant le développement de l’estime de soi. Les exercices suggérés par l’écrivain permettent également d’accroître l’épanouissement personnel et social, ainsi que de découvrir le sens de la vie.

Ce livre de développement personnel et de psychologie constitue un socle intéressant pour comprendre et accroître l’estime de soi dans notre quotidien.

7. Zone critique

L’ouvrage de Josiane de Saint Paul résume les grands principes fondateurs de l’estime de soi et de la confiance en soi. En s’inspirant notamment des travaux des américains Virginia Satir et William James, Josiane de Saint Paul propose une vision synthétique de la notion d’estime de soi, pour la rendre accessible à tous ses lecteurs.

Les exercices proposés dans l’ouvrage participent au renouvellement des méthodes concrètes à appliquer pour renforcer l’estime de soi et la confiance en soi, dans la même veine que Frédéric Fanget et Christophe André.

8. Pour aller plus loin

Branden Nathaniel, Les Six clés de la confiance en soi, Paris, J’ai lu, 1994.De Saint Paul Josiane, Choisir sa vie : découvrir et réaliser ses valeurs et ses buts de vie avec la Programmation Neuro-Linguistique, Paris, InterÉditions, 1993.Frankl Viktor, Découvrir un sens à sa vie, Paris, Les Éditions de l’Homme, 1988.

© 2020, Dygest