dygest_logo

Téléchargez l'application pour avoir accès à des centaines de résumés de livres.

google_play_download_badgeapple_store_download_badge

Bienvenue sur Dygest

Dygest vous propose des résumés selectionnés et vulgarisés par la communauté universitaire.
Voici le résumé de l'un d'entre eux.

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même

de Lise Bourbeau

récension rédigée parAnne-Claire DuchossoyDoctorante en littérature française (Universités de Bordeaux Montaigne et Georg-August Göttingen).

Synopsis

Développement personnel

Avec son best-seller, Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, Lise Bourbeau propose un guide pour mener ses lecteurs vers la voie de la guérison et du bonheur. Il s’agit de comprendre le mécanisme de ces cinq blessures que sont le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice pour ensuite prétendre à un véritable épanouissement.

google_play_download_badge

1. Introduction

Publié en 2000, Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même est un best-seller du développement personnel. Lise Bourbeau y propose une description complète et détaillée de ces cinq blessures qui ralentissent et empêchent l’épanouissement des hommes et des femmes.

Dans un premier temps, elle explique que pour ne pas souffrir de leurs blessures, les hommes ont créé des masques. Elle s’attarde ensuite sur chacune de ces cinq blessures : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice en analysant les causes et les conséquences physiques et émotionnelles. La thérapeute achève son ouvrage en proposant des méthodes de guérison pour une transformation des masques et pour enfin prétendre au bonheur.

Après avoir introduit le principe de Lise Bourbeau sur la création des masques et leur guérison, nous analyserons chacune de ces blessures et en montrerons les principales caractéristiques physiques et psychologiques.

2. Le concept de Lise Bourbeau : la création des masques

Lise Bourbeau débute son ouvrage en expliquant que lorsqu’un bébé voit le jour « son âme a choisi la famille et l’environnement dans lesquels il naît avec un but très précis » (p. 13). Selon elle, chaque être humain vient sur terre avec une mission : « celle de vivre des expériences jusqu’à ce que nous arrivions à les accepter et à nous aimer à travers elle » (p. 13) pour ne pas réitérer sans cesse les mêmes schémas. Mais souvent, l’homme préfère occulter ce qui fait mal plutôt que de le régler. L’âme étant immortelle, elle accumule ce qui n’a pas été accepté et se trouve à chaque fois accablée de ce lourd bagage…

Dès la naissance, quatre étapes s’enchaînent pour un enfant : la joie d’être lui-même ; la découverte douloureuse qu’il n’a pas le droit d’être lui-même ; la période des crises et de la révolte (certains y restent toute leur vie : colère et situation de crise continuelles) ; la création d’une nouvelle personnalité (création d’un ou plusieurs masques). Lise Bourbeau présente les cinq blessures par ordre chronologique (rejet, abandon, humiliation, trahison, injustice) et explique qu’en mélangeant leurs premières lettres le terme TRAHI se forme. Chaque blessure entraîne la fabrication d’un masque masque, et l’auteure définit ainsi une typologie des masques en fonction des blessures : La blessure du Rejet pousse à porter le masque du Fuyant ; L’Abandon le masque du Dépendant ; L’Humiliation le masque du Masochiste ; La Trahison le masque du Contrôlant ; L’Injustice le masque du Rigide.

Le port de ce masque s’effectue seulement lors d’une situation où l’humain veut se protéger. « Nous mettons un masque non seulement chaque fois que nous avons peur de vivre une blessure avec quelqu’un d’autre, mais aussi lorsque nous avons peur de réaliser que nous faisons nous-même vivre une blessure aux autres. Donc, nous agissons toujours afin d’être aimés ou par peur de perdre l’amour des autres. Nous adoptons un comportement qui ne correspond pas à ce que nous sommes. Nous devenons quelqu’un d’autre » (p. 222). Pour l'auteure, chaque fois que nous sommes blessés, l’ego aime penser qu’il faut alors accuser, blâmer quelqu’un d’autre, alors que c’est la blessure profonde qui est seule responsable. Accuser les autres ou s’accuser soi-même ne fait qu’accentuer la souffrance et le malheur.

De surcroit, le corps reflète l’intérieur d’un être et chaque masque correspond donc à une morphologie type, entraînant des maladies particulières. C’est pour cela qu’il faut écouter ce corps qui s’exprime. Il est possible de cumuler plusieurs blessures qui se reflètent alors sur des parties différentes du corps ou même de cumuler les cinq blessures de façon plus ou moins prédominante, prédominante. Toutefois, il est impossible de posséder toutes les caractéristiques d’une blessure. Selon les moments, selon les âges de la vie aussi, certaines blessures vont apparaître, d’autres disparaître.

3. Les étapes de la guérison

Les blessures peuvent être réveillées par des événements extérieurs et par des émotions provoquées par des situations vécues avec les autres. Cependant, les masques créés ne sont pas permanents et la guérison est possible. Transformation intérieure et transformation physique vont alors de pair. « La première étape pour guérir une blessure consiste à la reconnaître et à l’ACCEPTER » (p. 209). Pour ne plus porter de masque par protection, il faut inverser les étapes pour redevenir soi-même et privilégier l’amour de soi.

Chaque jour, il est important de dresser le bilan de ce qu’il s’est passé, voir quel masque a été porté, et surtout ne pas se sentir coupable. Il faut juste accepter d’être humain, car encore une fois « aucune transformation n’est possible sans acceptation » (p. 229). Accepter qu’on puisse trahir, rejeter, abandonner, humilier ou être injuste envers autrui pousse à ne plus le faire et à pardonner à ceux qui le font. « Il n’y pas de personnes coupables : seulement des personnes souffrantes » (p. 21), c’est-à-dire des personnes qui agissent avec leurs propres blessures. À partir du moment où l’acceptation est acquise – le pardon aussi – la guérison est en marche.

Autre point important : chaque blessure s’inscrit le plus souvent en réaction à un parent. « Le parent avec qui on avait l’impression de mieux s’entendre étant adolescent est celui avec qui on a le plus de choses à régler » (p. 24). Il faut également comprendre que le parent a vécu la même chose avec ses propres parents. La démarche a suivre est de partager avec eux leur vécu (ou de le vérifier auprès d’une autre personne) et de leur pardonner pour enfin arrêter la répétition.

Pour résumer, « plus nous réprimons nos souvenirs douloureux et plus ils se logent profondément dans l’inconscient » (p. 235) jusqu’au jour où les limites sont atteintes et que tout refait surface avec pour conséquence beaucoup de douleur. La chose est simple : il faut affronter les blessures pour pouvoir les guérir, et gagner ensuite toute cette énergie pour être nous-mêmes et vivre la vie que nous souhaitons. La clé de la guérison est l’acceptation et l’amour de soi avec pour conséquence l’autonomie et le bonheur intérieur !

4. Le rejet

Celui qui souffre du rejet passe par des phases de grand amour et des phases de haine profonde. Il se juge nul et sans valeur. Effacé, il recherche la solitude et veut devenir invisible pour ne pas être rejeté par les autres. Il fuit les personnes avec qui un rejet est possible par peur de paniquer et de se sentir impuissant.

Il porte le masque du Fuyant.

Rejet vécu avec : le parent du même sexe. Il se sent rejeté par les personnes du même sexe et éprouve de la colère ou se rejette lui-même s’il vit le rejet d’une personne du sexe opposé.

Physique : Il a un corps contracté, étroit, mince ou fragmenté. Il a de petits yeux avec de la peur ou l’impression de masque autour des yeux.

Quelques caractéristiques : Sa voix est éteinte et faible. Il n’aime pas danser. Il aime les voitures avec des couleurs sombres. Il se fait tout petit sur une chaise en se cachant les pieds sous les cuisses. Sa plus grande peur est la panique.

Maladies liées : peau, diarrhée, arythmie, cancer, problèmes respiratoires, allergies, vomissement, évanouissement, coma, hypoglycémie, diabète, suicidaire, psychose.

En guérison quand : il ose s’affirmer et prend de plus en plus de place.

Qui se cache derrière le Fuyant ? Une personne inventive, imaginative, apte à travailler seule, très efficace.

5. L’abandon

Celui qui souffre de l’abandon a beaucoup de difficultés à faire les choses seul ou à décider seul. Il a besoin de présence, il est fusionnel avec les autres. Positionné en victime, il pleure facilement. Comme un enfant, il cherche l’attention en pleurant, se plaignant ou en étant soumis. Il fait tout pour avoir plus d’attention et ne pas être laissé.

Il porte le masque du Dépendant.

Rejet vécu avec : le parent du sexe opposé. Il se sent vite abandonné par des gens du sexe opposé et les accuse plutôt que de s’accuser. Si l’abandon se fait avec une personne du même sexe, il s’accuse lui-même pensant ne pas avoir porté assez d’attention.

Physique : Il a un corps long et mince, des jambes faibles, un dos courbé avec des bras qui semblent trop longs et pendent le long du corps. Il manque de tonus, et certaines des parties de son corps sont tombantes ou flasques. Il a des yeux grands et tristes.

Quelques caractéristiques : Il possède une intonation d’enfant et un ton plaintif. Il aime les danses de contact. Il apprécie les voitures confortables et différentes des normes. Il s’assoit en s’écrasant sur sa chaise le haut du dos en avant en s’appuyant sur le bras de la chaise. Sa plus grande peur est la solitude.

Maladies liées : dos, asthme, bronchites, migraines, hypoglycémie, agoraphobie, diabète, glandes surrénales myopie, hystérie, dépression, maladies rares, maladies incurables.

En guérison quand : il se sent bien même seul et qu’il recherche moins d’attention.

Qui se cache derrière le Dépendant ? Une personne persévérante, déterminée, joyeuse qui s’intéresse aux autres.

6. L’humiliation

Celui qui souffre de l’humiliation a honte de lui, se pense sans cœur, malpropre et surtout moins bien que les autres. Il se rend utile pour ne pas se sentir humilié et oublie ses propres besoins pour contenter les autres et être généreux.

Il porte le masque du Masochiste.

Rejet vécu avec : la mère. Il se sent vite humilié par les femmes. Si c’est avec un homme, il s’accuse et se sent honteux.

Physique : Il est gros, rondelet, de taille courte avec un cou gros et bombé et un visage rond et ouvert. Il a des tensions au cou, à la gorge, aux mâchoires et au pelvis. Ses yeux sont grands, ronds et ouverts et innocents comme ceux d’un enfant.

Quelques caractéristiques : Il feint des sentiments dans sa voix. Il exprime sa sensualité en dansant. Il aime les petites voitures. Il s’assoit les jambes écartées. Sa plus grande peur est la liberté.

Maladies liées : dos, épaules, gorge, angines, laryngites, problèmes respiratoires, jambes, pieds, varices, entorses, fractures, foie, glande thyroïde, démangeaisons de la peau, hypoglycémie, diabète, cœur.

En guérison quand : il ne fait plus passer les besoins des autres avant les siens, quand il se sent plus libre et ne se crée plus de limite, quand l’impression de déranger disparaît.

Qui se cache derrière le Masochiste ? Une personne sensible aux autres, généreuse, altruiste, sensuelle, digne.

7. La trahison

Celui qui souffre de la trahison pense qu’il est très responsable et fort. Manipulateur et séducteur, il ment facilement. Intolérant, impatient et autoritaire, sceptique et méfiant, il pense avoir raison et veut convaincre les autres et décider pour eux.

Il porte le masque du Contrôlant.

Rejet vécu avec : le parent du sexe opposé. Il se sent facilement trahi par des personnes du sexe opposé et les accuse pour sa douleur et ses émotions. S’il vit la trahison avec une personne du même sexe, il s’accuse lui-même.

Physique : Les épaules sont plus larges que les hanches chez l’homme, les hanches plus larges et fortes que les épaules chez la femme. Sa poitrine et son ventre sont bombés. Ses yeux sont intenses et séducteurs.

Quelques caractéristiques : Il s’exprime mécaniquement et avec retenue. Il danse pour être regardé. Il aime les voitures puissantes. Il s’assoit en penchant son corps vers l’arrière les bras croisés en écoutant ou se penche vers l’avant en parlant. Sa plus grande peur est la dissociation et le reniement.

Maladies liées : maladies de contrôle et de perte de contrôle, agoraphobie, spasmophilie, système digestif, maladies finissant en « ite », herpès buccal.

En guérison quand : il lâche prise et ne cherche plus à être le centre de l’attention.

Qui se cache derrière le Contrôlant ? Une personne rassurante et protectrice, talentueuse, sociable, performante.

8. L’injustice

Celui qui souffre d’injustice est perfectionniste, envieux et colérique. Optimiste, vivant et dynamique, il n’admet pas ses problèmes et cache sa sensibilité. Il ne montre pas son affection, ne respecte pas ses propres limites.

Il porte le masque du Rigide.

Rejet vécu avec : le parent du même sexe. Il ressent de l’injustice face aux personnes du même sexe et les accuse. Si c’est avec une personne du sexe opposé, il s’accuse lui-même.

Physique : Son corps est droit, rigide et bien proportionné. De petite taille, il a des fesses rondes, un cou raide, une mâchoire serrée. Son regard est brillant et vivant.

Quelques caractéristiques : Sa voix forte porte loin. Il danse bien en se tenant droit. Il aime les voitures classiques et performantes. Il s’assoit droit les jambes alignées avec le corps. Sa plus grande peur est la froideur.

Maladies liées : burn-out, anorgasme pour les femmes et éjaculation précoce ou impuissance pour les hommes, maladies finissant en « ite », torticolis, constipation, hémorroïde, crampes, circulation du sang, foie, varices, problèmes de peau, nervosité, insomnie, mauvaise vision.

En guérison quand : il se permet de faire des erreurs, d’être moins perfectionniste, d’être sensible et de pleurer devant les autres.

Qui se cache derrière le Rigide ? Une personne ordonnée et consciencieuse, sensible, enthousiaste.

9. Conclusion

Dans son ouvrage, Lise Bourbeau explique que pour accéder à un bonheur complet, il faut avoir conscience des blessures qui empêchent de vivre pleinement sa vie. Le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice sont des sentiments négatifs qui empoisonnent l’existence, créent des âmes souffrantes et des corps malades. La solution est simple : prendre conscience de ces blessures, ôter les masques créés pour enfin être soi-même !

10. Zone critique

Lise Boubeau fait partie des auteurs de « best seller » de développement personnel, domaine qui intéresse de plus en plus d’hommes et de femmes en recherche du bonheur intérieur. Alors que penser des 5 blessures qui empêchent d’être soi-même ?

Son analyse des blessures et des masques est assez intéressante, tout comme ses conseils sur l’acceptation et le pardon… Savoir reconnaître ses blessures pour éviter le schéma de répétition et pour accéder au bonheur : c’est ainsi qu’il faut entendre l’enseignement de Lise Bourbeau.

D’autres points sont plus dérangeants et peuvent laisser quelques lecteurs sur le bord de la route : le tutoiement qui peut être perçu comme infantilisant, les nombreuses répétitions tout au long de l’ouvrage, plus descriptif qu’explicatif, la morphopsychologie et le lien avec les maladies, et surtout les discours sur Dieu, les âmes immortelles et leur réincarnation.

Mais en laissant tous ces aspects discutables de côté, et en ne gardant que le concept des blessures qu’il faut dépasser pour trouver le bonheur intérieur, la lecture des 5 blessures qui empêchent d’être soi-même peut s’avérer intéressante et de bon conseil.

11. Pour aller plus loin

Du même auteur

– Écoute Ton Corps, ton plus grand ami sur la Terre, Saint-Jérôme, Éditions E.T.C, 1987.– Écoute et mange, Saint-Jérôme, Éditions E.T.C, 2009.– Diane, Saint-Jérôme,Éditions E.T.C, 2012.

© 2020, Dygest