dygest_logo

Téléchargez l'application pour avoir accès à des centaines de résumés de livres.

google_play_download_badgeapple_store_download_badge

Bienvenue sur Dygest

Dygest vous propose des résumés selectionnés et vulgarisés par la communauté universitaire.
Voici le résumé de l'un d'entre eux.

La Table de longue vie

de Luigi Fontana et Vittorio Fusari

récension rédigée parClaire Cursoux

Synopsis

Développement personnel

Cet ouvrage est le fruit de la collaboration entre le professeur universitaire de médecine et de nutrition, Luigi Fontana, et le grand chef italien, Vittorio Fusari. Ce livre se fonde ainsi sur des explications scientifiques associées à des créations culinaires nous invitant à transformer notre manière de nous nourrir au quotidien pour vivre longtemps et en bonne santé.

google_play_download_badge

1. Introduction

Dans cet ouvrage, Luigi Fontana et Vittorio Fusari nous enseignent à nourrir notre corps et notre esprit à travers une alimentation saine et consciente. S’inspirant du régime méditerranéen traditionnel du sud de l’Italie des années 1950, ils nous font découvrir une façon de nous nourrir au quotidien pour vivre heureux durant de longues années.

Les expériences scientifiques menées par Luigi Fontana prouvent en effet que le régime méditerranéen allonge et améliore la durée de vie. Les deux écrivains nous invitent par ailleurs à adopter ce régime alimentaire comme un acte méditatif, bénéfique à la fois pour nous-mêmes et pour le monde qui nous entoure.

Comment transformer notre alimentation de manière consciente ? Telle est la question à laquelle les deux écrivains tentent de répondre au fil de l’ouvrage.

2. Le régime méditerranéen traditionnel

Luigi Fontana s’inspire du régime méditerranéen traditionnel pour la composition de cet ouvrage. Ce régime adopté par les habitants du sud de l’Italie dans les années 1950 est classé dans les « utopies nutritives » par certains chercheurs. L’écrivain fait notamment référence aux recherches menées par le physiologiste américain, Ancel Keys, ayant étudié le régime méditerranéen sur le terrain dans les années 1950. Ce dernier avait en effet constaté que le taux de maladies cardiovasculaires était beaucoup plus bas dans cette région que dans d’autres caractérisées par une alimentation différente. D’autres études menées plus récemment ont également prouvé que l’adoption du régime méditerranéen améliorerait et allongerait la durée de vie grâce à ses excellentes qualités nutritionnelles.

Dans les années 1950, les habitants du sud de l’Italie mangeaient peu de viande, de poisson, d’œufs, de sucre et de pommes de terre à chair blanche. Ils ne consommaient pas de lait, ni de beurre ou de crème, mais se nourrissaient au contraire d’une grande variété de légumes, de légumineuses et de farines de céréales intégrales, mais aussi d’huile d’olive, de fruits, de vin rouge en quantité modérée, et de petites portions de fromage local.

3. Un modèle adapté à la vie moderne

Luigi Fontana recommande une pyramide alimentaire adaptée à notre mode de vie moderne relativement sédentaire. La base de cette pyramide est constituée par des légumes très variés de couleurs différentes. De même, les plantes sauvages contiennent des éléments nutritifs intéressants. Le deuxième niveau de cette pyramide est composé de céréales complètes et de légumineuses. Les céréales complètes contiennent énormément de nutriments contenus dans leur germe et dans le son. À l’inverse, les céréales raffinées sont à éviter, car leur indice glycémique élevé favorise les risques cardiovasculaires, le diabète de type 2 et la formation de tumeurs. De manière générale, les produits transformés de manière industrielle doivent être proscrits, en particulier les pains, les snacks sucrés et salés, les pâtisseries, les boissons sucrées, les plats préparés et les produits transformés dérivés de viande comme les boulettes.

Quant à elles, les légumineuses comme les haricots et les lentilles, sont riches en fibres, en protéines et en acides aminés nécessaires à l’organisme. Le troisième niveau de la pyramide se compose de fruits secs, de graines et de fruits, particulièrement riches en vitamines et en acides gras. La catégorie des fruits secs comprend les noix, les arachides, les pistaches ou les châtaignes, tandis que celle des graines se compose de graines de lin, de courge, de sésame, de tournesol ou de chia. Enfin, le troisième niveau de la pyramide est également constitué d’huile d’olive vierge extra pressée à froid qui contient des acides gras mono-insaturés et des vitamines.

Le sommet de la pyramide alimentaire est occupé par les aliments qui devraient être consommés en moindre quantité, et ce sont notamment les produits d’origine animale. L’auteur révèle en effet que la viande, les laitages, les œufs et le poisson étant riches en acides gras saturés, augmentent les risques de cholestérol et d’infarctus. Le poisson, les crustacés et les mollusques peuvent être consommés deux à trois fois par semaine. Ils sont riches en vitamine B12, en protéines, en fer, en zinc et en oméga-3. De même, l’auteur recommande de ne consommer du fromage et des œufs qu’une à deux fois par semaine. Le lait de vache n’est pas recommandé dans l’alimentation, car trop riche en protéines, en sodium et en sels minéraux. La consommation excessive de lait augmente aussi la production d’insuline par l’organisme, mais aussi les risques de fractures osseuses. Il est néanmoins possible de consommer du yaourt nature biologique le matin. Les fromages doivent être choisis d’excellente qualité, sans ajouts de ferments artificiels, produit par des animaux élevés en liberté.

Quant à la viande, Luigi Fontana recommande vivement de limiter fortement notre consommation, en n’en mangeant qu’une fois par semaine au maximum. Une consommation quotidienne de 100g de viande rouge augmente en effet de 15 à 20% les risques de cancer du côlon ou du rectum, mais elle favorise également les risques de développer un diabète de type 2 ainsi que des maladies cardiovasculaires. Enfin, le sucre devrait être éliminé de notre alimentation autant que possible car les aliments qui en contiennent sont généralement hyper-caloriques. La consommation de sucre provoque en effet des pics de glycémie et d’insuline, ayant tendance à stimuler l’appétit.

4. Alimentation, santé et longévité

L’alimentation joue un rôle essentiel dans la préservation de notre santé, de même que notre nourriture peut ralentir les processus de vieillissement. Bon nombre de maladies sont en effet liées à une mauvaise alimentation, telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, les tumeurs, les AVC, les allergies et les maladies auto-immunes. Malgré la nette augmentation de l’espérance de vie, nous ne vieillissons pas nécessairement en bonne santé.

En effet, la médecine moderne est certes très efficace pour soigner les maladies infectieuses comme les pneumonies qui autrefois étaient mortelles, mais elle ne soigne pas les pathologies chroniques telles que le diabète, l’obésité ou les maladies cardiovasculaires. Luigi Fontana suggère donc une nouvelle approche médicale fondée sur la prévention des maladies. L’alimentation et le mode de vie ont une importance considérable pour la longévité. Pour préserver notre santé, Luigi Fontana recommande de pratiquer une activité physique régulière complémentaire à un régime alimentaire sain. L’exercice physique de type aérobic permet en effet de réduire la glycémie, les risques de diabète de type 2 et de tumeurs de manière significative.

Au régime méditerranéen traditionnel, Luigi Fontana ajoute l’importance de la restriction calorique, qu’il considère comme un moyen efficace pour ralentir les processus de vieillissement et pour prévenir l’apparition de maladies chroniques. Des études ont montré que les sujets soumis à une restriction calorique de 40% pouvaient vivre jusqu’à 50% plus longtemps que ceux qui mangent à volonté. Pour pratiquer la restriction calorique de manière simple et efficace, Luigi Fontana recommande de remplacer les aliments raffinés par des aliments riches en fibres végétales, de cesser de manger avant d’atteindre la sensation de satiété, de manger la plus grande partie de notre nourriture dans une durée limitée, et de pratiquer une à deux fois par semaine un jeûne à base de végétaux.

Au cours de l’évolution, la plupart des animaux et des êtres humains n’ayant pas constamment accès à la nourriture, ne mangeaient que par intermittence. Le jeûne constitue également une pratique ancienne dans de nombreuses traditions religieuses. L’écrivain ne conseille pas un jeûne total, uniquement composé d’eau, mais plutôt un jeûne à base de végétaux crus et cuits, consommés à volonté au déjeuner et au dîner, accompagnés de jus de citron et de deux cuillerées d’huile d’olive vierge extra par jour.

5. Être conscients et créateurs de ce que nous mangeons

Une alimentation saine repose avant tout sur le choix d’une nourriture de qualité, et en être conscient constitue un point de départ crucial. Ces ingrédients coûtent plus cher que ceux de moindre qualité, mais Luigi Fontana considère que l’alimentation devrait occuper une place prioritaire dans nos dépenses. En choisissant des aliments de qualité, nous préservons non seulement notre santé, mais également notre environnement. Nous devons apprendre à choisir, à préparer et à consommer nos aliments de manière responsable.

Pour nous procurer des aliments sains et qualitatifs, l’auteur nous suggère de nous rendre sur des marchés, dans des ateliers d’artisans, des magasins biologiques spécialisés et des boulangeries proposant du pain au levain et aux farines complètes. L’auto-production peut aussi constituer une manière de se procurer des aliments de qualité. Si nous habitons en ville, il nous est possible de cultiver quelques pots de fines herbes fraîches sur notre balcon ou notre terrasse. La nourriture que nous choisissons doit être la plus fraîche, la plus authentique et la plus naturelle qui soit. Le temps que nous consacrons à la sélection et à la préparation de nos aliments est considéré par l’auteur comme « une forme “élevée” de méditation ».

Choisir les aliments, les préparer et les goûter est loin d’être un raffinement superflu. Luigi Fontana rappelle l’étymologie du mot « méditation », provenant du latin meditari, qui signifie « soigner ». Méditer, c’est être conscient de la réalité présente, de manière à vivre chaque instant de notre vie. L’écrivain nous conseille de méditer sur les aliments que nous mangeons en appréciant leurs saveurs et leurs subtilités gustatives. C’est pourquoi il nous suggère de mâcher nos aliments lentement, pour apprécier leur qualité. Toutes ces expériences favorisent la sensibilisation de notre palais, mais aussi de notre odorat, de notre vue, de notre ouïe et de notre toucher. L’auteur nous invite à garder nos sens en éveil et à développer ainsi notre plaisir à table. En développant notre sensorialité, nous renforçons également notre joie de vivre, car cela nous permet de percevoir la beauté de notre quotidien en vivant des expériences sensorielles uniques.

La préparation de notre nourriture peut enfin devenir un instrument de cohésion familiale et sociale. L’ère numérique à laquelle nous vivons laisse en effet de moins en moins de place aux véritables rapports sociaux. C’est pourquoi la préparation des repas peut devenir une activité réunissant les membres de la famille ou les amis, contribuant dès lors à l’harmonie et au bien-être de chacun d’entre eux.

6. Conclusion

À travers ce livre, Luigi Fontana et Vittorio Fusari nous délivrent de précieux conseils pour adopter un mode de vie plus sain. Cet ouvrage aborde la question de la nourriture sous un angle scientifique, culinaire et spirituel : l’alimentation doit nourrir le corps, mais aussi l’esprit.

Les deux auteurs nous offrent ainsi un enseignement sur une alimentation favorisant la longévité et la santé, mais surtout le déploiement de notre joie de vivre.

7. Zone critique

Cet ouvrage deviendra certainement une référence dans le domaine de l’alimentation. L’originalité de la collaboration entre un scientifique et un grand chef participe de la mise en œuvre d’un ouvrage d’une grande richesse. Non seulement ce livre s’appuie sur des références scientifiques concrètes, mais il repose également sur une grande créativité culinaire.

Ce manuel de longévité intéressera donc les lecteurs curieux de mieux connaître le corps humain et son fonctionnement, les passionnés de cuisine, et enfin les amateurs de spiritualité.

8. Pour aller plus loin

Ouvrage recensé– Luigi Fontana et Vittorio Fusari, La Table de longue vie, Paris, Éditions du Rouergue, 2019.

Autres pistes– Anthony Fardet, Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons vrai, Paris, Thierry Soucar, 2017. – Marion Kaplan, Nutrition consciente : La Bible de l’alimentation du corps et de l’esprit, Paris, « Le Corps et L’Esprit », Grancher, 2013.– Valter Longo, Le Régime de longévité, Paris, Actes Sud Éditions, « Essais Sciences », 2018.

© 2020, Dygest