dygest_logo

Téléchargez l'application pour avoir accès à des centaines de résumés de livres.

google_play_download_badgeapple_store_download_badge

Bienvenue sur Dygest

Dygest vous propose des résumés selectionnés et vulgarisés par la communauté universitaire.
Voici le résumé de l'un d'entre eux.

Trouver son pourquoi

de Simon Sinek, D. Mead & P. Docker

récension rédigée parCatherine Lomenech

Synopsis

Développement personnel

Convaincu que chacun est légitimement en droit de s’épanouir quelles que soient ses activités, Simon Sinek, aidé par David Mead et Peter Docker, a mis au point un programme pour comprendre sa motivation, développer son efficacité et agir en toute sérénité avec satisfaction. Dans le cadre d’un travail de développement personnel ou pour améliorer son management, ce guide est conçu comme un outil prêt à l’emploi pour s’épanouir soi-même et/ou aider les autres à le faire.

google_play_download_badge

1. Introduction

Individuellement ou collectivement, chacun sait exprimer ce que les auteurs appellent son « Quoi », ce qu’il fait dans la vie. De la même manière, tout le monde sait aussi exprimer son « Comment » en décrivant ses gestes quotidiens.

Cela devient plus compliqué quand il faut répondre à la question : « Pourquoi ? ». Un salarié répondra peut-être : « Pour gagner ma vie. » Mais s’agit-il de la vraie réponse ? En creusant davantage, la personne finira par dire que c’est pour nourrir ses enfants, par exemple. Son « Pourquoi » sera donc : « Je travaille de mon mieux de manière à bien prendre soin de mes enfants ». Tout le monde n’a pas toujours la perception de son « Pourquoi ». Cela se sent quand quelqu’un est parfois inexplicablement malheureux tout en pensant exercer un bon métier, et vivre avec la bonne personne. Trouver son « Pourquoi », c’est déterminer ce qui fait avancer dans la vie, ce qui rend heureux, ou en tout cas, fait se sentir à sa juste place.

Pour un chef d’entreprise, le « Pourquoi » c’est l’ADN de sa société. Or les activités quotidiennes, le rythme et les contraintes peuvent faire oublier la motivation première. Trouver son « Pourquoi » c’est redonner du sens à ce que l’on fait, cela peut conduire à changer d’orientation. Dans tous les cas, cela permet d’avancer et de faire avancer les autres en renouant avec ses valeurs profondes. Quoi de plus stimulant pour se lever le matin…

2. Une démarche personnelle pour se sentir en phase avec sa vie

Pour trouver son « Pourquoi », il faut aller explorer ses souvenirs. Le « Pourquoi » d’une personne n’est pas ce qu’elle aimerait être, mais ce qu’elle est depuis toujours. C’est donc au cœur de son histoire personnelle qu’un individu va pouvoir faire ses recherches. Quels sont les événements marquants de son existence ? Quels liens ces événements tissent-ils entre eux ? Il est davantage question, pour ce travail, de liens émotionnels et d’interprétation que de faits ou de chronologie. Par exemple, évoquer la relation avec un frère ou une sœur peut amener à se remémorer des activités partagées qui comptaient beaucoup plus que le récit de l’enfance passée ensemble. Il peut s’agir d’un souvenir précis, mais très fort. Un après-midi pendant lequel votre grand frère vous avait fait découvrir la musique qu’il aimait. Trente ans après, évoquer ce souvenir vous rappelle le plaisir de ce moment partagé et les connaissances musicales que vous y avez gagnées. C’est ce genre de souvenir qui nourrit la recherche du « Pourquoi ». En restant dans cet exemple, si la personne découvre que la majeure partie de ses souvenirs la ramène à des moments de liens autour de la musique, il y a fort à parier que ses valeurs profondes se trouvent dans le domaine culturel.

Ce qui va être intéressant dans l’évocation de l’histoire individuelle, c’est l’apparition de thèmes récurrents. Si l’on considère l’exemple qui précède, la personne en quête de son « Pourquoi » va peut-être se rendre compte que les moments forts de sa vie la ramènent toujours à des expériences culturelles ou artistiques. Elle va peut-être découvrir qu’elle accorde une valeur particulière au domaine de la créativité. Elle pourra se dire : « C’est cela ! C’est dans le domaine culturel que je me réalise vraiment ». Si elle peut formuler une phrase telle que : « Je souhaite consacrer ma vie à des activités culturelles de manière à rendre mon monde plus beau pour le partager avec ceux qui m’entourent », alors, cette personne aura trouvé son « Pourquoi », la motivation profonde de sa vie. Dès lors, non seulement son cheminement passé aura pris du sens, mais encore imaginera-t-elle une nouvelle orientation à donner à sa vie pour mettre en application les valeurs qui la font vibrer.

Ces valeurs qui donnent du sens à la vie sont souvent plus « grandes » que la personne ; elles concernent des désirs qui vont au-delà de la satisfaction personnelle, portant en elles quelque chose à partager. Dans l’exemple ci-dessus la personne veut rendre le monde plus beau pour tous. Dans le cadre professionnel, la motivation viendra du sentiment d’être en en lien avec la mission de son métier dans un but plus large, altruiste.

3. Trouver son « Pourquoi »

Réussir à extraire des thèmes récurrents dans le récit de ses souvenirs demande esprit de synthèse et distance. Il est préférable de faire ce travail avec quelqu’un qui ne soit trop proche. Nos proches n’auront pas forcément plus de recul que nous, car ils seront impliqués au niveau affectif. La personne idéale pour ce travail doit être à la fois quelqu’un d’extérieur et de confiance. Cet interlocuteur devra posséder des qualités d’écoute et de curiosité suffisamment développées pour poser les bonnes questions au bon moment.

Le livre comporte un cahier méthodologique destiné à ce partenaire. Outre les conseils sur la meilleure manière d’organiser ce travail, cet outil donne des indications concrètes afin de guider pas à pas cette personne dans la réalisation de sa mission. Comme, par exemple, savoir poser des questions ouvertes qui empêchent une réponse par oui ou par non et qui contraignent l’interlocuteur à développer davantage ou à reformuler.

Il est expliqué au partenaire comment garder une neutralité parfaite en n’influençant pas les réponses. Il s’agit vraiment d’exercer un travail de maïeutique amenant l’interlocuteur à découvrir ce que ses souvenirs révèlent.Dans ce cadre, il est essentiel de savoir garder le silence et de prendre des notes. Tout le déroulé de l’entretien est finement détaillé dans ce cahier intérieur.

En collectant les souvenirs et les anecdotes de la personne qui cherche son « Pourquoi », le partenaire va mettre au jour des thèmes récurrents, des sensibilités communes à ces souvenirs. Chacun devra prendre un moment alors, pour travailler de son côté à analyser ces données. Les deux personnes pourront ensuite échanger leurs impressions et les conclusions que chacune aura tirées de ses réflexions. À la fin de l’entretien, la personne doit pouvoir exprimer les éléments clés de son « Pourquoi » en passant par trois étapes : 1) Les auteurs nomment cette première étape « la contribution, » c’est-à-dire ce que la personne comprend qu’elle doit faire « Je souhaite consacrer ma vie à des activités culturelles. »2) « De manière à » : Le « Pourquoi » débouche toujours sur un objectif plus large ou plus altruiste, la personne agira de manière à apporter un plus à sa vie et/ou à celle des autres. 3) Le résultat, l’impact dans la vie, dans l’exemple : « Rendre le monde plus beau et le partager avec autrui. »

Le « Pourquoi » d’une personne exprime à chaque fois l’idée d’accomplir quelque chose d’altruiste : « Je suis journaliste, je mène mes enquêtes de manière à apporter au monde l’information la plus rigoureuse pour le bien de tous » ; « Je travaille dans cette usine dans laquelle j’assemble des pièces le mieux possible de manière à fournir aux clients un matériel fiable et performant » ; « Je travaille dans cette usine de recyclage de manière à participer à sauver la planète », etc.

4. Une méthode applicable à l’entreprise

Dans le cas d’une entreprise ou d’un groupe, l’accompagnateur doit être étranger à la structure qu’il accompagne. Il lui faut pouvoir ressentir les choses tout en gardant une distance objective. Il n’est pas là pour juger ou critiquer, mais bien pour recevoir les informations qui l’aideront à faire émerger le « Pourquoi » de l’entreprise.

Cette fois les auteurs proposent d’organiser un séminaire. Ils ont listé le matériel nécessaire, la configuration de la salle, les outils à utiliser, les espaces à prévoir. L’ensemble doit être suffisamment familier pour ne pas déstabiliser les participants, malgré l’approche plus émotionnelle que rationnelle du travail à accomplir. Il s’agira de demander aux salariés de raconter des anecdotes ayant trait à leur vie dans l’entreprise, ce qui ne manquera pas de les surprendre.

La durée de chaque étape est calculée afin d’aider le ou les organisateurs à animer au mieux ce qui doit être un travail concret, utile et productif.Le cahier d’accompagnement de l’animateur détaille comment faire la présentation afin de convaincre les participants de l’intérêt, pour tous, d’identifier le « Pourquoi » de leur entreprise.

Pour une structure collective, le « Quoi » peut se résumer à l’activité, le produit vendu, la raison sociale de l’entreprise. Le « Comment » reprend les règles de la société, les postes, les fonctions et processus. Il est important de bien expliquer cela avant de commencer le travail de recherche du « Pourquoi ». Le fait de reformuler ou de faire reformuler, ce que fait l’entreprise et comment elle le fait, pourra aider les participants à mesurer à quel point il peut y avoir besoin de définir le sens de l’ensemble. C’est en extrayant les thèmes récurrents issus des anecdotes racontées par les salariés que l’animateur ou les salariés eux-mêmes feront émerger le « Pourquoi ».

L’animateur cherchera à faire ressortir, au travers des anecdotes, ce que l’entreprise apporte, ce qu’est sa contribution. Le but sera de formuler la phrase-clé : « Notre entreprise fait ceci ou cela de manière à produire tel ou tel impact sur le monde qui l’entoure. »

5. Quel intérêt pour une entreprise de découvrir son « Pourquoi »

Le travail sur le « Pourquoi », s’il génère une remise en cause, ne se veut pas une critique négative ni culpabilisante. Il est vraiment orienté vers l’idée de regarder tous dans la même direction. Ce séminaire n’est pas destiné à s’appesantir sur les dysfonctionnements. Simplement, les résultats de ce travail déboucheront peut-être quand même sur un besoin de réorientation, de recentrage ou d’évolution du « logiciel » de l’entreprise.

Motivation, adéquation du produit avec le marché, changement, mise en application de ses valeurs, il existe une quantité de raisons justifiant le besoin de découvrir le « Pourquoi » d’un groupe, d’une association ou d’une entreprise.L’entreprise a pu, à la suite de rachats ou de fusions ou de division, se retrouver à associer des pôles différents dont la culture n’est pas la même et qui, sans le savoir, ne partagent pas les mêmes valeurs.

Le produit fabriqué a peut-être beaucoup changé ou le monde autour de l’entreprise s’est transformé et il faut réadapter l’outil aux nouvelles technologies ou aux nouveaux marchés.

Une entreprise peut avoir envie de refaire toute sa stratégie de communication et a besoin pour cela de se rappeler ses fondamentaux.Tous les groupes, toutes les entreprises fonctionnent sur la confiance qu’ils génèrent ou qu’ils ressentent.Qu’il s’agisse d’une très grosse industrie ou d’une entreprise individuelle, la stabilité d’une structure repose sur la confiance qui règne au sein de son personnel, avec ses fournisseurs, ou que ses clients ressentent à son égard.

Les clients ne sont pas seulement acheteurs d’un produit ou d’une prestation dont l’offre pullule sur le marché. Ce qui fidélise des clients ou qui fait qu’ils recommandent une entreprise, repose pour une part importante sur leur ressenti et leur confiance. L’intérêt du travail du « Pourquoi » est de retrouver, à travers les thèmes récurrents qui ressortent des anecdotes, ce lien de confiance.Le « Pourquoi » contient tout ce qui touche aux convictions, aux valeurs, aux normes culturelles. Toute la relation humaine à l’intérieur de l’entreprise ainsi que celle qui se crée à l’extérieur soit par sa réputation, son image, soit par le ressenti de ses clients ou de ses fournisseurs, dépendent du « Pourquoi » de l’entreprise.

6. Identifier son « Pourquoi » permet de remettre à jour ses « Comment »

Une fois qu’une entreprise ou un individu a identifié son « Pourquoi » il va être possible de mettre en place les moyens, les « Comment », pour créer ou recréer l’adéquation entre la raison d’être et les actions.

Imaginons une entreprise qui a dépensé des sommes colossales pour faire une campagne de publicité sur son image de confiance. C’est un beau « Pourquoi ». Mais si, dans les « Comment » et les « Quoi » les employés ne savent pas comment mettre en œuvre cette confiance, ils ne feront peut-être pas ce qu’il faut. Et le résultat ira à l’encontre de la valeur de l’entreprise.

Une fois que les équipes se seront entendues sur le « Pourquoi », il deviendra possible de travailler sur les plans d’action adéquats permettant de développer la confiance des clients. Il ne restera plus qu’à former le personnel sur le « Comment » et le « Quoi ».La finalité est la même à titre individuel. Une fois qu’elle aura identifié son « Pourquoi », la personne entreprendra les démarches visant à aligner ses activités avec sa motivation profonde.

On assiste souvent à des reconversions importantes de cadres renonçant à un salaire confortable pour devenir artisans ou cultivateurs bio dans un endroit reculé de province. Leur témoignage suffit en général à comprendre que leur démarche, pleine de sens, répond totalement à la découverte consciente ou inconsciente d’un « Pourquoi » qui les poussait à accomplir quelque chose de plus manuel ou de plus en lien avec la nature.

7. Conclusion

Nous pouvons être heureux de savoir ce que nous avons à faire et comment le faire. Mais lorsque nous parvenons à savoir pourquoi nous faisons les choses et quelle raison profonde nous motive, alors le bonheur se transforme en épanouissement personnel. Cette étape peut être le début d’un changement de vie pour un individu et bouleverser son entourage.

Certains adhèreront à la cause et entreprendront aussi leur propre cheminement. D’autres partiront parce qu’ils ne voudront pas suivre, mais laisseront la place à de nouvelles relations plus approfondies. Pour l’entreprise, le « Pourquoi » peut se trouver à l’origine d’un changement radical de modèle économique. Quoi qu’il en soi, il sera toujours question d’éthique et de valeurs. Une raison suffisante alors pour partir en quête de son « Pourquoi »

8. Zone critique

Quantité d’ouvrages de développement personnel traitent de la motivation, de l’efficacité et de l’autodétermination. Celui-ci pourrait paraître simple, voire simpliste au premier abord. D’autant qu’il consacre une place importante à la logistique et à la méthodologie, qui inciteraient à penser à du remplissage pour un sujet qui tiendrait plus de l’article ou de l’exposé que du livre.

En réalité son contenu est plus profond que cela. Peut-être justement parce qu’il traite du seul sujet vraiment essentiel : la raison d’être. Et que c’est souvent les sujets les plus simples qui posent le plus de difficultés à l’humain si complexe. C’est tout le mérite de ce livre de donner une méthode vraiment concrète prête à l’emploi pour un résultat quasi instantané.

9. Pour aller plus loin

Ouvrage recensé– Trouver son pourquoi, Guide pratique pour découvrir son moteur et celui de son équipe, Éditions Pearson, 2018.

Du même auteur– Simon Sinek, Pourquoi les vrais leaders se servent en dernier, Pearson, coll. « Village Mondial », 2016.

Autres pistes– Daniel Pink, La vérité sur ce qui nous motive, Flammarion, coll. « Clés des champs », 2016.– Jean-Philippe Poupard, Devenir facilitateur : professionnaliser ses pratiques collaboratives en entreprise, 1Min30 Publishing, 2018.– Jean Staune, L’intelligence collective, clé du monde de demain, L’Observatoire, coll. « Éditions de l’O », 2019.

© 2020, Dygest