dygest_logo

Téléchargez l'application pour avoir accès à des centaines de résumés de livres.

google_play_download_badgeapple_store_download_badge

Bienvenue sur Dygest

Dygest vous propose des résumés selectionnés et vulgarisés par la communauté universitaire.
Voici le résumé de l'un d'entre eux.

Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent

de Stephen R. Covey

récension rédigée parYann HarlautDocteur en histoire (Université de Reim).

Synopsis

Économie et entrepreneuriat

Comment mettre son action en adéquation avec son être ? Dans un monde où les changements s’accélèrent, où on a l’impression de subir plus que de vivre, Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent a pour objet de poser un autre regard sur notre environnement et notre manière de fonctionner et d’interagir. Référence incontournable dans le développement personnel et l’entrepreneuriat, l’ouvrage veut faire prendre conscience que des principes simples, immémoriaux et enracinés dans la nature humaine, peuvent révolutionner nos vies.

google_play_download_badge

1. Introduction

Pour bien appréhender sa méthode, l’auteur pose certains prérequis. Il faut avant tout se défaire de toute crainte face à la prise de risque. De plus notre volonté d’avoir tout et tout de suite est aux antipodes du travail de fond proposé. Il faut lâcher prise sur notre égoïsme, peur de l’autre, immobilisme, fatalisme, victimisation, rejet des responsabilités et victimisation. Il faut faire attention à cette connexion devenue permanente avec notre travail et le déséquilibre de plus en plus accru entre notre vie professionnelle et familiale.

Enfin, il convient d’être relatif sur notre vision du monde tout en étant ouvert aux autres représentations : « Nous nous apercevons que, si nous voyons le monde de façon claire et objective, d’autres le voient d’une façon tout aussi claire et objective, mais différente de la nôtre. Notre point de vue dépend de notre position. Chacun d’entre nous considère sa vision comme objective, et se trompe ! Nous ne voyons pas le monde tel qu’il est, mais en fonction de ce que nous sommes, ou tel que nous sommes conditionnés à le voir » (p. 46). Ainsi Covey définit les paradigmes fondamentaux sur lesquels il invite ses lecteurs à opérer un changement, processus continu de transformation et de croissance, qui doit partir de l’intérieur vers l’extérieur.

Les habitudes décrites se réfèrent à des principes et des lois, universelles et immuables. Si ce postulat apparaît dogmatique, il est étayé par un raisonnement inversé : « Je doute fort que quelqu’un ait déjà sérieusement envisagé de rechercher bonheur et réussite en fondant sa vie sur l’injustice, la supercherie, la bassesse, l’inutilité, la médiocrité ou la dégradation » (p. 54). Covey introduit ainsi « l’Éthique de la personnalité » en la distinguant de « L’Éthique du caractère ». La première permet de gérer l’image que l’on donne de soi. Efficaces, ces méthodes de communication et d’influence peuvent être utilisées avec de bonnes ou mauvaises intentions. Le gain est cependant acquis à court terme. Covey prône une éthique du caractère s’appuyant sur des valeurs que les autres vont reconnaître en nous : intégrité, humilité, fidélité… Positiviste, il suffit pour lui de reconnaître et de cultiver l’existant.

Quels sont les concepts clés de la méthode Covey ? Quels sont les chemins proposés pour passer de notre immaturité à la maturité et comment opérer cette nécessaire transition ? L’auteur nous accompagne autour de ses réflexions sur notre manière de voir les choses complétant ses propos par un ensemble de techniques à appliquer. Nous reprendrons dans cette synthèse l’architecture et le cheminement de l’ouvrage : intériorité (habitudes n°1, 2 et 3) ; extériorité (habitudes n°4, 5 et 6) et renouvellement (habitudes n°7). Le fil conducteur est d’effectuer des prises de conscience, car finalement, dans notre vie personnelle et professionnelle, accordons-nous la priorité aux priorités ?

2. Les trois habitudes pour gagner intérieurement

« Habitude n°1 : Soyez proactifs ». L’auteur a classé cette habitude en premier, car elle permet de se défaire de ses habitudes en n’étant plus seulement « réactif » à notre environnement. Pour Covey, nous sommes acteurs de nos vies, disposant de notre liberté de choix. Notre comportement découle de nos décisions et non pas de notre condition. La proactivité est la plus fondamentale des habitudes, centrée autour de la conscience de soi. Il faut prendre l’initiative, agir et non subir. Mais notre degré de proactivité est déterminé par le choix entre deux cercles : préoccupations et influence. Les réactifs concentrent leurs efforts sur le cercle des préoccupations, les proactifs sur le cercle d’influence. À la fin de ce chapitre, l’auteur donne quatre suggestions afin de mettre à l’épreuve notre proactivité sur trente jours et prendre conscience des changements qui peuvent intervenir sur notre cercle d’influence.

« Habitude n°2 : Sachez dès le départ où vous voulez aller ». Ce chapitre aborde les différents aspects du leadership individuel, de notre choix de vie. Le début de ce travail individuel commence par une projection autour de son propre enterrement et les discours de ses proches. Évidemment, les questions se bousculent. Cette expérience de visualisation permet d’élaborer notre paradigme de fin de vie ; chaque jour qui passe servira à concrétiser cette vision. Savoir dès le départ où l’on veut aller permet de comprendre où l’on en est et définir la bonne direction. Ceci permet de planifier notre vie, tant sur le plan personnel que professionnel, à l’horizon d’un mois, six mois, trois ans, cinq ans voire dix ans. Évidemment, il reste nécessaire de s’adapter, de pouvoir corriger ses trajectoires, de réécrire notre scénario pour qu’il soit plus constructif et mieux adapté à nos vraies valeurs. L’ultime étape de cette habitude est de rédiger et de suivre un énoncé de mission personnel, expression de notre point de vue et de nos valeurs.

« Habitude n°3 : Donnez la priorité aux priorités ». Cette nouvelle partie commence par un travail autour des principes de gestion individuelle. Il s’agit de répondre à deux questions : « Quelle activité pourriez-vous entreprendre (que vous ne faites pas déjà) qui, si vous l’accomplissiez régulièrement, apporterait un changement positif de poids dans votre vie privée ? » et « Quelle activité produirait des résultats similaires dans votre vie professionnelle ? ». L’habitude 3 nous demande d’organiser chacune de nos journées en commençant par les activités ayant le plus de valeur à nos yeux. Il s’agit de gérer son temps de manière optimale, suivant nos valeurs et objectifs à court, moyen ou long terme. Toutes nos activités quotidiennes sont à classer en deux critères : importance et urgence. Mais l’importance est parfois de savoir dire non aux activités qui semblent si urgentes. Il faut savoir s’écouter, s’autodiscipliner et déléguer, mais de manière responsable.

3. Les trois habitudes pour mener des victoires publiques

« Habitude n°4 : Pensez gagnant/gagnant ». Cette quatrième habitude est basée autour des principes de leadership interactif. Fondamentalement, une victoire personnelle induit la défaite d’un autre. Même si on gagne, si l’autre perd, la relation et le rapport vont souffrir. La victoire à court terme se transformera en un échec à long terme. « Gagnant-Gagnant » est une situation synergique dont les deux partis tirent un bénéfice mutuel. Il s’agit donc de gagner ensemble, de manière intègre et en totale confiance. Ce rapport n’est pas une affaire de courage et de gentillesse, mais d’empathie et de confiance. L’auteur relève d’ailleurs que c’est cette habitude qui doit diriger les « accords de performance » des entreprises. Il s’agit à nouveau d’une habitude à mettre en place de manière progressive suivant quatre étapes : 1. Envisager le problème du point de vue l’interlocuteur ; 2. Reconnaître les préoccupations et problèmes de chaque partie ; 3. Déterminer ensemble les résultats escomptés ; 4. Agir et concrétiser ces solutions. Cette habitude est finalement une quête de respect.

« Habitude n°5 : Cherchez d’abord à comprendre, puis à être compris ». Cette nouvelle habitude est basée sur les principes de communication. La plupart du temps, nous essayons d’abord de nous faire comprendre plutôt que de comprendre. Pour bien communiquer, il faut d’abord savoir écouter. Pour résoudre ce problème, l’auteur propose l’écoute empathique. Ceci implique d’entrer dans le cadre de référence d’une autre personne, dans ses paradigmes, avec l’intention de véritablement comprendre. Il convient ainsi d’identifier ses interlocuteurs afin de comprendre leur mode de pensée. Enfin, Covey recommande l’application des techniques de reformulation, vérifiant notre certitude d’avoir bien compris.

« Habitude n°6 : Profitez de la synergie ». La sixième habitude est basée sur les principes de coopération créative et couronne les habitudes précédentes. Toute solution élaborée à plusieurs est meilleure que les solutions individuelles. Il ne faut cependant pas confondre synergie et compromis (recherche d’une solution médiane). La nécessité est de travailler ensemble, de coopérer de manière créative, pour trouver une solution plus efficace que la somme des solutions individuelles. Covey considère que le succès des Japonais sur le marché mondial est le fruit de cette culture synergique. La difficulté majeure de cette habitude est qu’elle ne dépend plus seulement de nous. Nous pouvons l’initier et l’instiller, mais pas en contrôler tous les aspects.

4. Pour un renouvellement personnel équilibré

Aux six premières habitudes s’ajoutent la numéro sept, « Aiguisez vos facultés », seule habitude d’une partie consacrée au renouvellement. Les changements prônés jusqu’alors ne sont impactants et durables que s’ils sont accompagnés par un renouvellement personnel équilibré. Cette dernière partie aborde ainsi une forme d’hygiène très axée sur le développement personnel. En effet, nous avons trop souvent tendance à négliger notre principale ressource : nous-même. Sans être révolutionnaire, Covey recommande des exercices physiques (aérobic, stretching, musculation…), spirituels (méditation, lecture, musique, prière, retraite…), mentaux (études, formation continuelle, grands auteurs…) et socio-émotionnels (sorties, interactions avec autrui…). Il s’agit que chaque personne choisisse son programme sans négliger l’un de ces quatre aspects. «

Ce renouvellement constitue à la fois le principe et le processus qui nous donnent la force de nous engager sur une spirale ascendante et de progrès continus » (p. 388). Covey rappelle que nous sommes finalement une personne en transition sur laquelle il faut agir en permanence, sans technique miracle, mais avec constance et pugnacité.

5. Conclusion

En conclusion, Covey a d’abord présenté les trois habitudes qui aboutissent à des victoires d’ordre privé (liberté de choix, choix et action). La première habitude repose sur la possibilité d’adopter le système de valeurs de son choix, la seconde aux choix opérés suivant sa vision, la troisième consiste à s’y tenir. Ces trois habitudes semblent élémentaires, « promettre et tenir ses promesses ». Les trois habitudes suivantes mènent à des victoires publiques (respect, compréhension, création). Il s’agit d’« intéresser les autres au problème et chercher à le résoudre ensemble. »

Enfin, l’auteur invite à un renouvellement personnel équilibré. Ponctué de nombreuses anecdotes personnelles ou professionnelles (de ses vacances au service de relations extérieures d’une grande université américaine), l’ouvrage intègre des exercices qui servent d’exemple et de catalyseur pour ancrer l’apprentissage. Enfin, les suggestions présentes à l’issue de chaque habitude permettent un véritable travail sur soi sans imposer une quelconque méthode.

Mais quel est l’objectif final d’une telle méthode ? Réaliser et entreprendre comme le suggère le titre ? Développer les « justes valeurs » (réussite et bonheur) prônées par l’auteur ? Pour reprendre cette maxime de l’ouvrage : « Nous ne pouvons laisser à nos enfants que deux héritages : nous pouvons leur rendre leurs racines et leur donner des ailes » (p. 401). Il s’agit finalement de bien-être et de postérité.

6. Zone critique

Les ouvrages de développement personnel sont nombreux, jadis apanage de la religion et de la philosophie. Tout ouvrage de développement personnel est intimement lié à son contexte, à son auteur et à sa personnalité. Stephen Richard Covey fait-il une analyse objective ou est-ce les nouvelles directives d’un pseudo « gourou » du développement personnel ?Évidemment l’ouvrage est très américain, centré sur la sacro-sainte valeur « réussite ». De plus, l’auteur était très attaché à sa religion, l’église mormone, particulièrement prosélytique. Il est également titulaire de doctorat en éducation religieuse de l’université Brigham Young. L’aspect moral est pour lui intrinsèque de sa vision religieuse, signalant en fin de livre un credo : « Je crois que les principes justes sont des lois naturelles et que Dieu, notre Créateur et notre Père à tous, est leur source, ainsi que la source de notre conscience ».

Mais l’œuvre dépasse ce cadre. Humble, l’auteur rappelle que son ouvrage n’est qu’une synthèse de principes existants « pour lesquels je ne m’attribue toujours aucun mérite. » Sans se défaire de l’aspect business, cet ouvrage devenu référence n’est pas qu'une suite d’affirmations, il repose avant tout sur des prises de conscience, voulant orienter sans imposer : « J’essaie seulement d’encourager une adhésion à des principes déjà présents dans les cœurs. Je tente d’amener les gens à vivre en accord avec leur conscience » . Il ne faut donc pas voir ce livre comme une carte, mais plutôt comme une boussole.

7. Pour aller plus loin

Comme tout excellent communicant, Stephen R. Covey a été très présent sur internet et de nombreuses vidéos présentent ses travaux, ses opinions et points de vue.

Ouvrages de Stephen R. Covey (disponibles en traduction)

- Les 7 Habitudes en action, Paris, Editions Générales First, 1999, 410 p.- L'étoffe des leaders, Paris, Editions J’ai Lu, 2010, 480 p.- Priorité aux priorités, Paris, Editions J’ai Lu, 2010, 544 p.- La 8e habitude, Paris, Editions J’ai Lu, 2013, 544 p.- La première grandeur. Les 12 leviers de la réussite, Paris, Mango Media, 2017, 194 p.

Ouvrages analogues

- Dale Carnegie, Comment se faire des amis, Paris, Editions Le livre de poche, 1990, 320 p.- David Allen, S’organiser pour réussir : Getting Things Done, Paris, Leduc. S Editions, 2008, 287 p.

© 2020, Dygest